Fabrice Sabatier

Photo © Bea Borgers

Fabrice Sabatier est designer graphique, artiste et chercheur. Son travail récent suit deux fils qui s’entrecoupent de plus en plus, au point de former une pelote indémêlable. Il y a d’une part son travail de recherche sur la visualisation de données économiques qu’il mène dans le cadre d’une thèse en Art et Sciences de l’art (ERG, ULB et Random-lab/ESADSE). Et d’autre part, la recherche collective au sein du laboratoire Désorceler la finance, qu’il a co-fondé en 2017.

Sa recherche doctorale s’intéresse à la politique des diagrammes, des réseaux, des cartes traitant d’économie, à l’idéologie que ces images dissimulent sous une impression de rationalité. En pratique, il s’est confronté à des données susceptibles de rendre visibles les réseaux et structures de pouvoir économique et notamment le rôle et le fonctionnement du lobbying dans les institutions européennes. En 2017, il a mis en ligne le projet Vi(c)e organique (www.viceorganique.com), plateforme de visualisation et d’exploration du réseau d’influence européen sur les enjeux climatiques.
Mais en tirant sur le fil que le laboratoire Désorceler la finance avait posé là, c’est tout le pouvoir des visualisations de données qui est apparu comme magique. Sa thèse prit alors un tour inattendu où la représentation de l’économie s’éclairait désormais à partir de théories anthropologiques ou philosophiques de la magie et où l’impossibilité de se représenter mentalement le système économique dans lequel on vit se posait en terme d’envoûtement sorcier.

Son rôle de designer, tel qu’il le définit, n’est pas de découvrir ou de créer des alternatives au [choisissez le mot : capitalisme, néo-libéralisme, système économique et financier] mais d’agir en amont afin de rendre les alternatives pensables et imaginables. Se rendant compte, alors, que c’est sur le plan de l’imagination que se situe le cœur du problème, que se déploient les effets de l’envoûtement, il tente de déjouer les mauvais sorts avec ses complices du laboratoire Désorceler la finance. Il s’investit particulièrement dans la création d’une série de jeux de cartes divinatoires Ré-ouvrir les horizons, dans la création du Cabinet de curiosités économiques et la rédaction collective d’un Traité entre entités humaines et non-humaines pour une meilleure co-habitabilité de la planète.

Par ailleurs, il a fondé en 2008 avec Vincent Gobber et Damien Baïs, le collectif .CORP (www.corp-lab.com) qui s’agite dans les champs du graphisme et de la création numérique. Ils ont dernièrement bénéficié d’une carte blanche au Bel Ordinaire à Pau où ils ont créé la pièce Une relation intime et tout à fait spéciale, dans laquelle ils interrogent l’intelligence artificielle comme totémisme contemporain.

Fabrice Sabatier assure également des missions d’enseignement récurrentes : création générative avec Processing (DSAA Rennes), sémiologie graphique et visualisation de données (Licence et Master Info-Com, Télécom Saint-Etienne) et divers workshops en écoles d’art. Il est lui-même issu d’une école supérieure d’art et design, à Saint-Etienne, où il a également suivi le post-diplôme design et recherche.