Open Outcry

Rituel de désenvoûtement de la finance

 Les présentations publiques :

– Rituels au Festival d’art de la rue d’Aurillac, 22-24 août 2019
– Rituel à Bruxelles, PIF Festival au théâtre de la Balsamine, 14 juin 2019
– Rituel à Gand, sur invitation du Vooruit dans le cadre du parcours Openbare werken, 21 et 22 juin 2018
– Rituel à Montréal, novembre 2017.
– Rituel au Brass, Centre culturel de Forest, 24 octobre 2017
– Rituel de la Nuit blanche de Bruxelles, 7,octobre 2017, Grande Fontaine du Parc Royal.
– Rituel à Bruxelles, Festival Signal, 30 septembre 2017, Grande Fontaine du Parc Royal.

 

Médias :

– L’émission radio, Comme un bruit qui court, de France Inter (à partir de 22’22)
Documentaire sonore de Maya Boquet, capté pendant un rituel
– Interview d’Aline Fares et Luce Goutelle en marge du rituel, pour Radio Nuit Blanche

Open Outcry

Les rituels de désenvoûtement de la finance se déploient sous la forme d’une occupation temporaire de l’espace public. S’y opèrent de nouveaux rites collectifs œuvrant à la transformation de notre système économique. Le public est convié dans un espace de partage et d’expérimentations de pratiques artistiques et sorcières. Un lieu où l’on est invité à couper symboliquement le lien, l’emprise de la finance sur nos vies et celle de la production agricole, afin de retrouver, ici et maintenant, dans notre quotidien, de la puissance pour imaginer et fabriquer de nouveaux mondes.

Les rituels de désenvoûtement de la finance se situent sur un point d’équilibre entre le rituel magique, la performance théâtrale et l’action politique.

Ils sont envisagés comme des rites de passage marquant la métamorphose de notre rapport au modèle capitaliste. Ils ont pour ambition de rassembler des énergies, des manières de faire et des singularités individuelles pour créer un élan collectif.

Ces rituels trouvent leur source dans la découverte de l’“Open Outcry”, une méthode de communication utilisée par les courtiers en bourse dans les salles de marchés. Historiquement, ce langage mystérieux se manifestait sous forme de cris et de signaux gestuels qui avaient pour but de transférer des informations telles que les ordres d’achat et de vente entre les différents acteurs des salles de marché.  

« Outcry » signifie aussi littéralement « un cri de douleur », « un tollé ». Une définition qui donne une perspective intéressante quand on pense au cri de protestation du mouvement Occupy Wall Street qui a secoué les portes de la finance en 2011. Prenant acte du paradoxe que porte ce mot – cris à l’origine du scandale et cris d’indignation – nous faisons le pari de faire de ce rituel l’expression d’un renversement de situation à venir.

Le rituel est construit comme une partition dont le centre varie en fonction de différents marchés financiers que l’on souhaite désenvoûter. Ce choix dépend des contextes dans lesquels le rituel s’effectue et se situe.